Archives par mot-clé : histoire

Histoire des écoles

Les écoles d’Aigaliers

(Eléments recueillis dans le livre de Christophe Dumas « Histoire des écoles et de l’enseignement à Aigaliers » 2003)

A la veille de la Révolution, Aigaliers loue à des particuliers deux bâtiments pour faire office d’école. L’un à Gattigues, l’autre à Brueys, hameaux qui sont les sièges des prieurés dispensant l’enseignement scolaire. Les archives d’après la Révolution, mentionnent qu’il n’y a pas eu « d’école libre » à Aigaliers. Le village d’Aigaliers est sans doute le village de l’Uzège qui a connu, au cours de son histoire, le plus grand nombre de sites ayant fait office d’école. Cela s’explique en partie par la dispersion des hameaux : Aigaliers, Foussargues, Bourdiguet, Au Chabian, Gattigues, La Bruyerette, qui composent la commune au XIXème ( 10 hameaux de nos jours).

Dans les hameaux au nord de la commune, pas moins de quatre sites ont successivement accueilli les élèves, au gré de l’augmentation ou de la baisse de la population des trois hameaux (Brueys, Auchabian, Bourdiguet). Au cœur du massif boisé, au hameau de Brueys où vivent 15 personnes, on trouve trace d’une classe, (en fait une pièce sans confort) ; elle sera fermée en 1844, suite à l’obligation faite par l’Etat aux communes de devenir propriétaires des locaux à usage scolaire. La municipalité prend alors la décision de construire l’école au hameau « d’Auchabian » en 1842, pensant que c’est ce hameau au nord de la commune qui connaitra l’augmentation de la population la plus importante. Les archives révèlent qu’en 1842, cette école est aussi fréquentée par les enfants de Bourdiguet. Et c’est ce hameau de Bourdiguet qui accueillera une école, à partir de 1867 en raison d’un effectif d’élèves en nette régression à Auchabian. La population du hameau de Bourdiguet à la fin des années 1860 était le double du Auchabian. Il y a eu deux écoles à Bourdiguet ! Une première école locative de 1867 à 1888 et une école communale de 1888 à 1966. La commune a ainsi loué à un particulier un local servant d’école. L’enseignement n’était pas encore officiellement mixte, mais l’exigüité du bâtiment amena le maire à lancer la construction à Bourdiguet, en 1888 de la première école mixte, en 1888, ce qui était en avance de la loi. La commune comptait alors 456 habitants, dont 153 dans ce hameau le plus peuplé. Le nombre d’élèves en âge de fréquenter cette école était de 11 garçons et 9 filles. Lorsqu’une coupe de bois était attribuée à un bouscatier, celui-ci devait en réserver une part pour le chauffage de l’école. C’est à la fin de l’année scolaire 1965/1966 que l’école fermera définitivement.

ancienne école de Bourdiguet
ancienne école de Bourdiguet, aujourd’hui une résidence privée

Dans le sud de la commune, seuls deux hameaux accueillirent des enfants scolarisés. D’abord à Gattigues, probablement dans un local privé situé dans le prieuré de l’église jusqu’en 1823. Puis à Aigaliers, à partir de 1823, dans le haut du village, dans la maison que nous appelons actuellement « L’Ancienne Ecole », qui fût la résidence dans les années 1980/2000 de Monsieur Stéphane Hessel. C’était aussi le lieu où siégeait le conseil municipal. La Mairie-Ecole d’Aigaliers ouvre en 1904 dans un nouvel édifice plus spacieux pouvant accueillir l’école et la mairie à l’étage. A la rentrée de 1904, 42 enfants, garçons et filles, âgés de 5 à 13 ans y sont inscrits. Les effectifs de l’école évoluent au cours des années suivantes, en fonction des évènements (guerres), de la démographie de la commune. La baisse régulière de la population amène les élus des trois communes limitrophes : Aigaliers/ Baron/ Foissac , à décider en 1986 de fonctionner en Regroupement Pédagogique, afin d’éviter la fermeture de leur école respective. Grâce à cette décision, l’école est maintenue et ses effectifs augmentent, ce qui décide le conseil municipal à construire une nouvelle école, équipée d’une cantine. Celle-ci ouvre en 2002, pour accueillir les enfants de maternelle, les autres enfants sont scolarisés pour l’enseignement primaire dans les deux autres communes du Regroupement.

Patrimoine et Histoire

Aigaliers

Village d'Aigaliers sous la neige le 8 mars 2010
Événement rare, village d’Aigaliers sous la neige le 8 mars 2010

Commune de presque 500 habitants, elle est composée de 11 hameaux : Le Chabian,  Bruyès, Bourdiguet, Aigaliers, Marignac, La Bruyerette, Lacré, Gattigues, Champ de Baumes, Foussargues, Mas Pontier. Le village est accroché au flanc d’une colline et dominé par les vestiges de son château fort du 13e siècle.

Quelques éléments historiques sur Aigaliers

Le nom de la commune a suivi les modifications de notre langue, à partir du latin AQUA, en traduisant la présence de l’eau. De Aquilerium en 1108 et 1384 ; Aquilerio en 1211 ; Aigaliez en 1694 ; Aigualies au XVIIIème siècle ; sans oublier les variantes orthographiques : Aigalliers ; Eygaliers, puis,de nos jours,  AIGALIERS. L’eau plus souvent souterraine existe en de très nombreux endroits de la commune. Alors que dans les temps plus anciens, les habitants ne pouvaient compter que sur les ressources à leur proximité, c’est aux endroits où l’eau affleurait qu’ont été aménagés des abreuvoirs, des lavoirs, des puits, encore présents de nos jours pour certains.

A la lecture du « Cahier de doléances » de 1789, les ressources des habitants provenaient des vignes, des oliviers, des mûriers pour l’élevage des vers à soie ; du blé, des fourrages et bien-sûr du bois pour le chauffage, la construction et le glandage pour les bêtes. C’est pour les bois que nous avons le plus d’informations puisqu’ils occupaient plus de la moitié du territoire. Ils constituaient la principale ressource de la communauté et lui permettaient de payer la taille et autres impositions. On trouve trace de jugements condamnant des habitants de villages voisins, venus voler du bois sur Aigaliers. Les bois convoités étaient aussi exposés au danger du feu ou des troupeaux nombreux dès les années 1700, qui trouvaient là leur nourriture quotidienne. A la même époque, de nombreux défrichements légaux ou illégaux ont réduit la densité des bois. Mais c’est surtout l’utilisation du bois dans les verreries établies à la lisière des bois ou dans les clairières qui a entamé la forêt d’Aigaliers. Les verreries en consommaient beaucoup et cela dévastait les bois. Le bois coupé sur la commune servait à chauffer les fours des verriers. Cette industrie était réservée aux gentilshommes dont la famille du Baron d’ Aigaliers qui comptait parmi les verriers importants.

Uzége Pont du Gard Base de données