Archives par mot-clé : patrimoine

Le Castellas

Le Castellas est perché sur un piton rocheux derrière le vieux village. Les ruines sont dangereuses et il est déconseillé d’y aller sans les précautions d’usage. Il semblerait que ce Castellas ait été détruit lors de la révolte des Tuchins, vers 1380. Ces quelques photos permettent d’apprécier le site.

Vestiges de tour d'angle
Tour d’angle

Passage souterrain
Porte de la tour

Puits ou citerne
Donjon vu du haut
Le donjon
Le donjon

Vue au loin
Une brèche dans le mur

Plan supposé du Castellas (Marcel Duret, 1984)
Plan supposé du Castellas (Marcel Duret, 1984)

Patrimoine et Histoire

Aigaliers

Village d'Aigaliers sous la neige le 8 mars 2010
Événement rare, village d’Aigaliers sous la neige le 8 mars 2010

Commune de presque 500 habitants, elle est composée de 11 hameaux : Le Chabian,  Bruyès, Bourdiguet, Aigaliers, Marignac, La Bruyerette, Lacré, Gattigues, Champ de Baumes, Foussargues, Mas Pontier. Le village est accroché au flanc d’une colline et dominé par les vestiges de son château fort du 13e siècle.

Quelques éléments historiques sur Aigaliers

Le nom de la commune a suivi les modifications de notre langue, à partir du latin AQUA, en traduisant la présence de l’eau. De Aquilerium en 1108 et 1384 ; Aquilerio en 1211 ; Aigaliez en 1694 ; Aigualies au XVIIIème siècle ; sans oublier les variantes orthographiques : Aigalliers ; Eygaliers, puis,de nos jours,  AIGALIERS. L’eau plus souvent souterraine existe en de très nombreux endroits de la commune. Alors que dans les temps plus anciens, les habitants ne pouvaient compter que sur les ressources à leur proximité, c’est aux endroits où l’eau affleurait qu’ont été aménagés des abreuvoirs, des lavoirs, des puits, encore présents de nos jours pour certains.

A la lecture du « Cahier de doléances » de 1789, les ressources des habitants provenaient des vignes, des oliviers, des mûriers pour l’élevage des vers à soie ; du blé, des fourrages et bien-sûr du bois pour le chauffage, la construction et le glandage pour les bêtes. C’est pour les bois que nous avons le plus d’informations puisqu’ils occupaient plus de la moitié du territoire. Ils constituaient la principale ressource de la communauté et lui permettaient de payer la taille et autres impositions. On trouve trace de jugements condamnant des habitants de villages voisins, venus voler du bois sur Aigaliers. Les bois convoités étaient aussi exposés au danger du feu ou des troupeaux nombreux dès les années 1700, qui trouvaient là leur nourriture quotidienne. A la même époque, de nombreux défrichements légaux ou illégaux ont réduit la densité des bois. Mais c’est surtout l’utilisation du bois dans les verreries établies à la lisière des bois ou dans les clairières qui a entamé la forêt d’Aigaliers. Les verreries en consommaient beaucoup et cela dévastait les bois. Le bois coupé sur la commune servait à chauffer les fours des verriers. Cette industrie était réservée aux gentilshommes dont la famille du Baron d’ Aigaliers qui comptait parmi les verriers importants.

Uzége Pont du Gard Base de données